26 novembre 2008

Aidez-moi à retrouver ces monuments ?

Je dispose de photos de monuments mais je ne sais pas à quelle commune ils appartiennent, et surtout je ne connais pas le Code Postal.

Aussi, merci à tous ceux qui pourront m'aider à ce que ces monuments ne soient pas des "Monuments Inconnus" : queutchny@freesurf.fr

MaM_Inconnu___1
Monument Inconnu n°1

MaM_Inconnu___2
Monument Inconnu n°2

MaM_Inconnu___3
Monument Inconnu n°3

MaM_Inconnu___4
Monument Inconnu n°4

MaM_Inconnu___5
Monument Inconnu n°5

MaM_Inconnu___6
Monument Inconnu n°6

MaM_Inconnu___7
Monument Inconnu n°7

MaM_Inconnu___8
Monument Inconnu n°8

MaM_Inconnu___9
Monument Inconnu n°9

MaM_Inconnu___10
Monument Inconnu n°10

MaM_Inconnu___11
Monument Inconnu n°11

MaM_Inconnu___12
Monument Inconnu n°12

MaM_Inconnu___13
Monument Inconnu n°13

MaM_Inconnu___15
Monument Inconnu n°14

MaM_Inconnu___15
Monument Inconnu n°15

MaM_Inconnu___16
Monument Inconnu n°16


18 novembre 2008

Toutes ces vies qu'on abandonne

Toutes ces vies qu'on abandonne
Virginie Ollagnier
Editions Liana Levi, 2007

Le cadre du roman : Décembre 1918, Annecy, un hopital et un couvent tout proche. Le professeur Tournier et Claire, une jeune novice qui n'a pas encore prononcé ses voeux, accueillent des soldats qui arrivent du front. Parmi ces hommes transformés par la Grande Guerre, un homme est inconnu et semble ne pas se réveiller. D'où l'objet du livre : comment ramener à la vie de corps meurtri et muet alors que la psychiatrie en est encore à ses balbutiements... L'auteur du livre, née en 1970, décrit très peu les décors, écrit d'une plume rapide, donne une très grande part aux dialogues et aux émotions. On est pris à la gorge. De nombreux prix littéraires ont salué ce roman.

toutescesvies
14 cm x 21 cm 
ISBN : 978-2-86746-432-4

11 novembre 2008

1918-2008 : 90 ans, Rethondes

11 novembre 1918 - 11 novembre 2008 - 90ème anniversaire de l'Armistice.

Près de Rethondes et de Compiègne, dans l'Oise, en pleine forêt, dans une clairière aujourd'hui dite de l'Armistice, anciens combattants, soldats, civils, enfants et dirigeants politiques se sont rassemblés pour commémorer les 90 ans de la fin de la Grande Guerre.
Monsieur François Fillon, premier ministre, représentait la République française ; il a rallumé la flamme du Monument, déposé une gerbe au nom du Président de la République française, et effectué un discours.

Queutchny était là ! Voici quelques photos de cet événement...

Rethondes2008_G
La tribune

Rethondes2008_ERethondes2008_A
Les discours

Rethondes2008_BRethondes2008_C
Le dépôt d'une gerbe de fleurs

Rethondes2008_DRethondes2008_F
Ravivage de la flamme et revue des troupes présentes

Les Poilus de nos Monuments

En ce 11 novembre 2008, soit 90 ans après la signature de l'armistice et alors que les soldats français et allemands témoins du conflit s'en sont allés définitivement au début de l'année, rendons hommage aux "Poilus" dont la représentation est fréquent sur nos monuments !

poilus02poilus03poilus04poilus06poilus05

poilus01poilus07poilus08poilus09

poilus10poilus11poilus12poilus14poilus15

poilus16poilus17poilus18poilus19poilus20

poilus21poilus22poilus23poilus24poilus25poilus26

poilus27poilus28poilus29poilus30poilus31

poilus32poilus33poilus34poilus35

Les Morts de nos Monuments

La mort est certes éminement présentes sur les Monuments érigés dans les années qui suivirent 1918.

Pourtant, peut-être pour l'exorciser, la magnifier, s'en souvenir, être fidèle à la réalité des combats, montrer les horeurs des combats... certaines communes ont opté pour les Monuments qui représentent la mort. Le soldats est vu mourrant ou mort, dans les bras d' "une" ange, auprès de la Vierge Marie, étendu à terre, embrassé ou pleuré par sa bien aimée. Ce sont autant de témoignages pour dire "plus jamais cela" au passant qui prendra le temps d'admirer l'oeuvre.

mort01mort02mort03

mort04mort05mort06mort07

mort08mort09mort10

mort11mort12mort13mort14

mort15mort16mort17mort19

mort20mort21mort22mort18

mort23mort24mort25mort26

mort27mort28mort29

mort30mort31mort32

mort33mort34

Les Coqs de nos Monuments

Symbole national de la France depuis l'époque de la Renaissance, le coq (ou Gallus en latin) incarne à la fois la notion de courage, de virilité masculine voire de résurection pour les chrétiens (le jour qui se lève après la nuit, c'est-à-dire le bien qui triomphe du mal).

Aussi, au sortir de 1914-1918, le coq est vite associé aux nombreux soldats morts au front et est intégré aux Monuments érigés en mémoire des Poilus. De très nombreuses fois situé tout en haut de stèles, il contribue largement aux charmes des monuments par sa posture fière et droite.

coq31coq32coq33coq10coq11coq29coq30

coq01coq02coq03coq04coq05coq06coq07coq08coq09coq26coq12coq13coq14coq15coq28coq16coq17coq18coq19coq20coq21coq22coq23coq24coq25coq27

Les Femmes de nos Monuments

Elles n'étaient pas dans les tranchées ni dans la boue. Mais elles étaient omniprésentes : dans les courriers, dans les hôpitaux, dans les champs, dans les écoles, dans les usines, dans les églises, dans les rêves et les esprits des "Poilus".

Pas étonnant donc de trouver sur nos Monuments de 1914-1918 des représentations de vierges, veuves, mères avec ses enfants, éplaurées, allégories féminines de la guerre, etc.

La femme est présente. La femme à sa manière est aussi une "Poilue". En voici quelques exemples...

femmes01femmes02femmes03femmes04femmes05

femmes06femmes07femmes08femmes09femmes10

femmes11femmes12femmes13femmes14femmes15

femmes16femmes17femmes18femmes19femmes20

femmes35femmes21femmes22femmes23femmes24

femmes25femmes27femmes28femmes29femmes30

femmes31femmes32femmes33femmes34

01 novembre 2008

Flyboys

Flyboys, réalisé en 2006 par Tony Bill relate un épisode original de la Grand Guerre : l'engagement volontaire dès 1916 de jeunes américains au côté des Français au sein d'une escadrille d'aviateurs, c'est-à-dire bien avant l'engagement des Etats Unis dans le conflit. Il s'agit de la célèbre Escadrille Lafayette.

Flyboys1 Flyboys2

Ainsi, plusieurs personnages ayant réellement fait partie de l'escadrille sont interprétés par les acteurs James Franco (dans le rôle de Blaine Rawlings, l'un des as de l'escadrille), Jean Reno (dans le rôle du capitaine Thénault qui entrainait les pilotes) et Augustin Legrand (dans le rôle du Lieutenant Giroux) ou encore Martin Henderson (dans le rôle de Reed Cassidy, l'un des pioniers de l'escadrille).

La reconstitution des décors est fantastique. Les uniformes et tenues des pilotes sont magnifiquement réalisés. Les quelques scènes de tranchées et de ruines sont très fidèles à la réalité. Enfin, et c'est là l'exploit du film, les avions, que ce soient des originaux ou des reproductions, sont époustoufflants. Les scènes aériennes sont incroyables tant elles sont réalistes, les combats dans les airs semblent d'une justesse et donnent une très bonne idée de ce que les pilotes vivaient là haut. La romance ajoutée dans le film renforce un sentiment de suspense dont pourtant on devine très vite l'issue. Et bien que l'issue soit prévisible, on a qu'une seule envie : aller jusqu'au bout des 2h19 du film.

Pour en savoir plus sur le film : http://www.flyboysdvd.com
Pour en savoir plus sur l'escadrille Lafayette : http://pagesperso-orange.fr/rdisa