10 avril 2007

Vimy : 50 morts par heure !

Du 9 au 12 avril 1917, il y a donc tout juste 90 ans, les soldats canadiens ont entrepris une bataille qui, d'une part, feront d'eux les troupes de choc de l'Empire britannique, d'autre part marquera d'une certaine manière l'émergence de d'une nation candienne car dès lors le Canada sera considéré comme un allié en tant que tel.

Les soldats ont en effet repris la célèbre crète dite de Vimy, aux abords de la ville de Lens. Après une lourde préparation d'artillerie, le 9 avril, à 5h30 du matin, les fantassins s'élancèrent. Le 12 avril, à 6h00 du matin, la crète était reprise. Durant ces 72 heures, les canadiens eurent de nombreuses victimes  : 7 104 blessés et 3 598 morts... soit environ 50 morts par heure !

En 2007, à l'occasion des cérémonies commémoratives de cet événément, 15 000 personnes ont fait le déplacement !

Posté par queutchny à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 mars 2007

93 ans de célibat par amour d'un soldat

Durant les tous premiers mois de la guerre, en 1914, un homme tombe au combat. C'était le fiancé de Marie-Simone Capony, elle avait tout juste 20 ans, elle était bibliothécaire. C'était il y a 93 ans : par amour pour cet homme, elle ne sera marira pas... Mercredi 14 mars 2006, Marie-Simone Capony (doyenne des Français depuis l'été 2006) a fêté ses 113 ans, en famille, à Cannes.

Posté par queutchny à 14:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 mars 2007

108 ans... au revoir Jean

26 octobre 1898... 25 février 2007... Jean Grelaud est décédé à 108 ans et aura donc connu 3 siècles différents. Il y a 90 ans, à tout juste 19 ans, en 1917, il est modibilisé en tant que soldat de première classe au 31ème régiment d'infanterie. Peu après il rejoint le 131ème régiment d'infanterie et combat dans l'Aisne. Il sera fait prisonnier lors de la seconde bataille de la Marne. Il sera libéré le 21 novembre 1918.
Jean Grelaud, qui a également participé à la deuxième guerre mondiale, ne s'est exprimé à propos du premier conflit mondial qu'à de très rares exceptions. Par respect pour son choix, sa famille n'a annoncé sa mort que 5 jours après son décès afin de pouvoir lui rendre un dernier hommage dans la plus stricte intimité.

Les deux derniers soldats français de la Première Guerre encore en vie sont Louis de Cazenave (109 ans) et Lazare Ponticelli, (109 ans).

Avec le décès de Jean Grelaud, une partie de notre mémoire collective disparait, car comme le disait l'écrivain africain, Amadou Hampâté Ba, "un vieillard qui meurt c'est comme une bibliothèque qui brûle".

Posté par queutchny à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2007

400

Lancé en mars 2006... (certes à partir d'une base de photos existante), le blog comprenait, au 18 février 2007, 400 photos de Monuments ! Il en reste donc environ 35 500 à ajouter ! Merci à tous ceux qui m'aident.

Posté par queutchny à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 février 2007

1 675 000

Les ouvriers d'armement en France dans les arsenaux :
- août         1914 : 50 000
- mai          1915 : 313 000
- novembre  1918 : 1 675 000

Posté par queutchny à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 février 2007

900

900... moyenne du nombre de soldats français morts au combat chaque jour...

Posté par queutchny à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 janvier 2007

5 830

5 830... le nombre de cylindres pressuriés qui contenaient environ 150 tonnes de chlore et qui ont été bombardés le 22 avril 1915 en fin de journée près d'Ypres par les 35ème et 36ème régiments de pionniers allemands. L'effet du gaz fut immédiat : 15 minutes après, les soldats allemands ont attaqués... ou plutôt ont découvert un paysage apocalyptique. : près de 3 000 morts avaient le teint verdâtres, ceux qui agonisaient avait des spasmes violents, tous avaient la bouche remplie d'un liquide jaunâtre. Il y eut de plus environ 7 000 blessés. Cependant, comme l'explique Fritz Haber, l'un des fondateurs du programme allemand de guerre chimique : "Si l'on avait préparé une attaque de large envergure, au lieu de faire à Ypres une expérience vaine, l'Allemagne aurait gagné la guerre."

Posté par queutchny à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2007

20 %

En France, 20 % des soldats âgés de 19 à 27 ans en 1914 ont été tués.

Posté par queutchny à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2007

108 ans... au revoir René...

Voici pratiquement 90 ans, René Riffaud était mobilisé en tant que soldat de 2ème classe au sein de l'Armée d'Afrique. C'était le 16 avril 1917. Hier, le mardi 16 janvier 1917, René Riffaud est décédé... il avait fêté ses 108 ans le 19 décembre dernier.
Né en 1898 à Souk el Arba en Tunisie -alors sous tutelle française- il avait donc 18 ans au moment de son incorporation. En 1919 il est temporairement réformé car atteint de tuberculose pulmonaire suite à des attaques aux gaz. Mais il dû attendre 1924 et sa dernière affectation à Constantinople pour être définitivement réformé.
René Riffaud n'avait jamais demandé sa carte de combattant, considérant "n'avoir fait que [son] devoir et n'avoir rien à demander"... jusqu'à ce qu'en
avril 2006, le ministre délégué aux Anciens combattants la lui remette. Et, le 11 novembre 2006, il était le seul des alors "4 derniers Poilus" à être présent sous l'Arc de Triomphe à Paris lors de la cérémonie du souvenir présidée par le président de la République.
Après le premier conflit mondial, René Riffaud s'est installé en France et créa une entreprise de moteurs électriques, à Collombes en région parisienne, qu'il dirigera jusqu'à sa retraite en 1969. En 1930, il se marie avec Louise. Ensemble, ils auront un fils, décédé en 2004. Veuf depuis 1979, lui survive 3 petites-filles, 7 arrières-petits-enfants et 1 arrière-arrière-petite-fille.

Les trois derniers soldats français de la Première Guerre encore en vie sont Louis de Cazenave (109 ans), Lazare Ponticelli, (109 ans) et Jean Grelaud (108 ans).

Avec le décès de René Riffaud, une partie de notre mémoire collective disparait. Qu'hommage lui soit rendu.

Posté par queutchny à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2007

2 tonnes par mètre de front

... c'est l'estimation de la consommation de munitions lors des batailles de Verdun entre 1916 et 1918.

Posté par queutchny à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]