16 juin 2013

16 !

La salle dite des "4 colonnes" de l'Assemblée nationale comprend 2 monuments qui se font face. L'un en mémoire de la Première Guerre Mondiale ; une simple stèle gravée avec le coq victorieux et les lauriers. L'autre en souvenir de la Second Guerre Mondiale ; une marianne dans une niche.

Certes, il y avait l' "Union sacrée". Toutefois, voter l'entrée en guerre, voter les crédits pour défendre le pays, voter des lois d'urgence en temps de guerre, voter l'envoi de soldats au front sachant tous les risques associés, cela ne devait pas toujours être des choix faciles pour les députés.

Sur la stèle sont inscrits 16 noms ! 16 députés "morts pour la France". 16 députés qui à l'image du célèbre Colonnel Driant sont allés plus loin : ils ont appliqués ce que leurs votes imposaient aux autres. Ils sont assumés leurs choix avec les risques associés.

 

75007 - Paris - AssembleeNationale 14-18 

75007 - Paris - AssembleeNationale 39-45

 

Posté par queutchny à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 avril 2013

Jamais 3 fois

 

3 Allumettes _

3 Allumettes _ 1

Posté par queutchny à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2013

Combien de communes sans monuments ?

La question suivant m'est souvent posée : "combien de communes/villages/villes n'ont pas de monuments aux morts de 1914-1918" ?

Aucune idée : existe-t-il un recensement ? Je ne crois pas... Il peut y avoir peut-être un monument à la mémoire d'un des autres conflits (1870, 1939-1945, Indochine Algérie, etc.).

En connaissez-vous ? Quelles preuves tangibles avez-vous pour le justifier ?

Alors voici ce que je sais... avec mes sources....

- 14400 - Le Manoir
- 19190 - Palazinges
- 25210 - Narbief
- 27290 - Thierville
- 50480 - Beuzeville-au-Plain
- 55150 - Peuvillers
- 80160 - Nampty
- 80200 - Pervilly (près de Peronne)

LaMancheLibre - article web - 2012-11-11   LePoint - article web - 2011-11-10 

http://www.lamanchelibre.fr/bayeux/actualite-39479-le-manoir-ce-village-sans-monument-aux-morts.html

http://www.lepoint.fr/societe/le-village-ou-personne-n-est-mort-pour-la-france-10-11-2011-1394975_23.php

 

 

 

 

Posté par queutchny à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2012

170 cm - 400 kg

Quel irrespect ! Comment ont-ils fait ? Mais pourquoi voler une statue sur un Monument aux Morts ? C'est scandaleux.

Et juste avant Noël 2011...  L'honneur de nos valeureux poilus de la commune de Feuchy, dans le nord de la France, n'a pas le droit d'être ainsi bafoué.

J'espère que la Justice de notre pays prendra ses responsabilités pour que les coupables soient punis pour un tel acte.

Feuchy Vol - AFeuchy Vol - B

Merci à Jean-Marie C. pour ces coupures de presse.

Posté par queutchny à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mai 2011

Zéro !

5 mai 2011... il avait tout juste 110 ans... il était l'ultime témoin des quelques 70 millions de soldats qui ont participé au conflit qui a ravagé le monde, et surtout l'Europe, entre 1914 et 1918. Britannique né le 3 mars 1901, Claude Choules avait triché sur son âge : a tout juste 14 ans s'engage dans la Royal Navy ! 20 ans plus tard, après avoir émigré en Australie, il combat de nouveau entre 1939 et 1945 en tant qu'officier, dans la marine australienne cette fois-ci.

Peu avant lui, le 27 février 2011, l'Américain Frank Bucles, dernier vétéran américain de 1914-1918 s'est également éteint. Né le 1er février 1901, il avait donc tout juste 110 ans. Lui aussi avait triché sur son âge pour s'engager. Il servira dans les corps d'ambulance, souvent près du front, mais sans être réellement un combattant. Durant le second conflit mondial, travaillant alors aux Philippines, il serait fait prisonnier par les Japonais entre 1942 et 1945.

Avec le décès de ces deux derniers témoins du conflit, j'estime que la Première Guerre Mondiale entre définitivement dans l'Histoire.


16 mai 2010

1915 07 02

"Mort pour la France"... cette mention est inscrite sur l'immense majorité des Monuments aux Morts de 1914-1918. Elle fait référence à la loi du 2 juillet 1915 relative aux actes de décès de militaires ou civils tués depuis le début de la guerre.

En voici le texte, obtenu grâce à la gentillesse du Service des Archives de l'Assemblée Nationale. Cette loi a connu depuis lors de nombreux aménagements.

* * * * *

Loi du 2 juillet 1915 complétant, en ce qui concerne les actes de décès de militaires ou civils tués à l'ennemi ou morts dans des circonstances se rapportant à la guerre, les articles du Code cil sur les actes de l'état civil. (Promulguée au Journal officiel du 9 juillet 1915).

Article premier. L'acte de décès d'un militaire des armées de terre ou de mer tué à l'ennemi ou mort des suites de ses blessures ou d'une maladie contractée sur le champ de bataille, de tout médecin, ministre du culte, infirmier, infirmière des hôpitaux militaires et formations sanitaires, ainsi que de toute personne ayant succombé à des maladies contractées au cours des soins donnés aux malades ou blessés de l'armée ; de tout civil tué par l'ennemi, soit comme otage, soit dans l'exercice de focntions publiques électives, administratives ou judiciaires, ou à leur occasion, devra, sur avis de l'autorité militaire, contenir la mention "Mort pour la France".

Article 2. En ce qui concerne les militaires, tués ou morts, dans les circonstances prévues par l'article premier, depuis le 2 août 1914, l'officier de l'état civil devra, sur avis de l'autorité militaire, inscrire en marge des actes de décès les mots : "Mort pour la France".

Article 3. La présente loi est applicable aux actes de décès des indigènes de l'Algérie, des colonies ou pays de protectorat et des engagés au titre d'étranger tués ou morts dans les mêmes circonstances.

Posté par queutchny à 21:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 décembre 2009

7

7... il s'agit du nombre d'articles de la "Loi relative à la commémoration et à la glorification des morts pour la France au cours de la grande guerre" qui a été publiée le 25 octobre 1919.

*  *  *  *  *

Art.1er - Les noms des combattants des armées de terre et de mer ayant servi sous les plis du drapeau français et morts pour la France, au cours de la guerre de 1914-1918, seront inscrits sur des registres déposés au Panthéon.

Art. 2. - Sur ces registres figureront, en outre, les noms des non combattants qui auront succombé à la suite d’actes de violence commis par l’ennemi, soit dans l’exercice de fonctions publiques, soit dans l’accomplissement de leur devoir de citoyen.

Art. 3. - L’Etat remettra à chaque commune un livre d’or sur lequel seront inscrits les noms des combattants des armées de terre et de mer morts pour la France, nés ou résidant dans la commune.

Ce livre d’or sera déposé dans une des salles de la mairie et tenu à la disposition des habitants de la commune.

Pour les français nés ou résidant à l’étranger, le livre d’or sera déposé au consulat dont la juridiction s’étend sur la commune où est né, ou a résidé le combattant mort pour la patrie.

Art. 4. - Un monument national commémoratif des héros de la grande guerre, tombés au champ d’honneur, sera élevé à Paris ou dans les environs immédiats de la capitale.

Art. 5. - Des subventions seront accordées par l’Etat aux communes, en proportion de l’effort et des sacrifices qu’elles feront en vue de glorifier les héros morts pour la patrie.

La loi de finances ouvrant le crédit sur lequel les subventions seront imputées règlera les conditions de leur attribution.

Art. 6. - Tous les ans, le 1er ou le 2 novembre, une cérémonie sera consacrée dans chaque commune à la mémoire et à la glorification des morts pour la patrie. Elle sera organisée par la municipalité avec le concours des autorités civiles et militaires.

Art. 7. - La présente loi est applicable à l’Algérie et aux colonies.

Posté par queutchny à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2009

Le "der des ders" est décédé à 111 ans !

Il était le "der des ders", le dernier ayant combattu dans les tranchées, le dernier à pouvoir témoigner, près de 90 ans après le conflit !

Harry Patch, né le 17 juin 1898, est mort le 25 juillet 2009 : il avait fêté ses 111 ans... Il était le dernier "Tommy", c'est-à-dire un soldat britannique. Mobilisé en octobre 1916, il rejoint une équipe de mitrailleur et débarque en France en juin 1917. Il participe à la 3ème batailles d'Ypres, aussi nommée bataille de Passchendaele. Le 22 septembre 1917, il est gravement blessé par un éclat d’obus et effectue sa convalescence en Angleterre. Il ne retournera plus au front. Après l'armistice, il retourne à la vie civile pour reprendre l'activité de plombier qu'il avait avant d'être engagé sous les drapeaux, devenant alors un farouche militant anti-guerre.

Plusieurs émissions de télévision ont parlé de lui à la fin des années 1990 et au début des années 2000.

You were the last to be able to talk about the trenches, thanks for all what you have done for us Harry!

Posté par queutchny à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2009

26ème RI

Lieux : le petit village de Manhoué (57590) en Moselle. Contexte : ici se situait la frontière entre la France et l'Allemagne en 1914. Evénement : le 7 âoût 1914, deux soldats français sont tombés... depuis une stèle érigée par le 26ème Régiment d'Infanterie de Nancy précise : "aux deux premiers gars du 26ème régiment d'infanterie tombés en terre lorraine le 7 août 1914".

Un grand merci à Cocopassions pour cette contribution (http://cocopassions.over-blog.com)

stele_de_Manhou_

Posté par queutchny à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2008

1918-2008 : 90 ans, Rethondes

11 novembre 1918 - 11 novembre 2008 - 90ème anniversaire de l'Armistice.

Près de Rethondes et de Compiègne, dans l'Oise, en pleine forêt, dans une clairière aujourd'hui dite de l'Armistice, anciens combattants, soldats, civils, enfants et dirigeants politiques se sont rassemblés pour commémorer les 90 ans de la fin de la Grande Guerre.
Monsieur François Fillon, premier ministre, représentait la République française ; il a rallumé la flamme du Monument, déposé une gerbe au nom du Président de la République française, et effectué un discours.

Queutchny était là ! Voici quelques photos de cet événement...

Rethondes2008_G
La tribune

Rethondes2008_ERethondes2008_A
Les discours

Rethondes2008_BRethondes2008_C
Le dépôt d'une gerbe de fleurs

Rethondes2008_DRethondes2008_F
Ravivage de la flamme et revue des troupes présentes