12 mars 2008

Le dernier

Il était le dernier. Le dernier à l'avoir connue. Le dernier à avoir combattu. Le dernier à pouvoir témoigner. Il était le dernier "Poilu" français.

Aujourd'hui, une page vivante de l'histoire de France, de l'Europe et du Monde vient de se tourner. Les traces sont désormais écrites, visuelles, archives. La Première Guerre Mondiale est donc désormais "Histoire" en France.

En effet, aujourd'hui, mercredi 12 mars 2008 vers 12h45, après le dernier survivant allemand décédé le 1er janvier 2008 et l'avant-dernier survivant français décédé le 20 janvier 2008, Lazare Ponticelli s'en est allé, à l'âge de 110 ans.

Lazare Ponticelli était né le 7 décembre 1897 près de Bettola en Italie, au sein d'une famille pauvre. A tout juste 9 ans, en 1906, il arrive en France, ne sachant ni lire, ni écrire, ni parle le français. Lorsque la guerre éclate en 1914, il triche sur son âge, et à tout juste 16 ans il s'engage au sein de la Légion Etrangère et combat en Argonne. Mais dès 1915 il doit rejoindre les troupes italiennes qui sont alliées et avec lesquelles il combattra notamment sur le front Autrichien. De retour en France en 1920, il créé avec ses frères une entreprise dans le domaine de la construction et de la maintenance industrielle. En 1939, alors que la seconde guerre mondiale s'annonce, il demande et obtient la nationalité française. En 1960, il prend sa retraite.

A l'annonce de son décès, Nicolas Sarkozy, Président de la République française, a ainsi déclaré : "J'exprime aujourd'hui la profonde émotion et l'infinie tristesse de l'ensemble de la nation alors que disparaît Lazare Ponticelli, dernier survivant des combattants français de la Première guerre mondiale".

Lazare Ponticelli aimait répéter ainsi : "Je ne pense qu'à tous mes frères d'armes qui sont tombés. C'est à eux que les honneurs reviennent. Je ne suis que leur humble représentant ayant eu la chance de survivre. Moi je suis passé au travers de la guerre injuste et horrible". Il ajoutait aussi souvent : "J'espère que la jeunesse d'aujourd'hui n'oubliera pas les combattants des deux guerres qui ont sacrifié leur vie afin qu'elle puisse vivre dans une France libre".

Alors, non, n'oublions pas.

Pour en savoir plus : 
http://pagesperso-orange.fr/memoire78/pages/ponti.html  (biographie détaillée et photos)
http://dersdesders.free.fr/ (témoignages des derniers poilus)

Ajout du 18 mars 2008:
Discours de Monsieur le Président de la République, Nicolas Sarkozy : "Hommage national aux combattants de 1914-1918" prononcé le 17 mars 2008 à Paris.
Hommage_national


10 mars 2008

66 - Pyrénnées-Orientales

66720___Caramany
66720 - Caramany

66130_BOULETERNERE
66130 - Bouleternere

66650___Banyuls_sur_mer
66650 - Banyuls sur mer

66670___Bages
66670 - Bages

06 mars 2008

Les canons de 1914-1918

Bernard est un passionné... de l'artillerie de 1914-1918. Il en a consacré un blog sur lequel il ajoute des photos, des commentaires, des documents, sur toutes les pièces de canon qu'il découvre sur la Première Guerre Mondiale. Cela permet de visualiser ces engins de morts que de nombreux poilus décrivent dans leurs témoignages. Il existe même une section avec quelques cartes postales de Monuments aux Morts sur lesquelles l'on peut voir quelques canons. Un blog très sélectif et très instructif.

http://canonspgmww1guns.canalblog.com

Canon1418

Posté par queutchny à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2008

Le dernier Allemand de la Première Guerre

Erich Kästner (à ne pas confondre avec avec son homonyme poète et un écrivain très connu; 1899-1974) est un Allemand né en 1900. En 1918, il rejoint les troupes allemandes à la sortie de l'école. Il combattra environ 4 mois sur le front de l'ouest. En 1939 il rejoint l'armée de l'air allemande où il agira principalement en tant qu'officier de soutien à terre en France. Il aura eu une carrière professionnelle en tant que juge, à Hanovre. Sa femme, Maria, est décédée à l'age de 102 ans en 2003, peu après leur 75 anniversaire de mariage. Il est décédé le 1er janvier 2008 à l'âge de 107 ans.

Bien que l'Allemagne ait connue de nombreux morts et blessés durant ces 4 années effroyables, il semble qu'elle n'ait disposer de structures relatives aux anciens combattants de la Première Guerre Mondiale. Pour beaucoup, Eric Kästner, était considéré comme le dernier soldat allemand de 1914-1918. Son décès est donc passé quasiment inaperçu, il est mort dans une forme d'indifférence générale.

Pourtant, sa longue vie qui témoigne de l'absurdité de la guerre, mérite une autre considération.
Lui aussi est un "poilu".

Posté par queutchny à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]